Droits sur les objets

Divers, Sécurité Oracle Ajouter un commentaire

Pour des raisons de sécurité évidentes, un utilisateur autre que DBA n’a aucun droit a priori….même pas celui de se connecter ? la base de données !

Droits implicites

Par contre, le créateur d’un objet (TABLE, VUE , INDEX, etc.) est son propriétaire,et a implicitement des droits sur cet objet. Il possède tous les droits sur son contenu : consultation, mises ? jour, mais aussi suppression complète de sa structure (le contenant).

– exemple

– on suppose que l’utilisateur DD a reçu le droit de se connecter et de creer des tables…
SQL> connect DD/DD
SQL> create table essai (n integer);
Table created
– droit d’insertion (mais aussi suppression et modification) implicite
SQL> insert into essai values (1);
1 ligne créée.
SQL> commit;
Validation effectuée.
– a fortiori droit de consultation
SQL> select * from essai;
N
———-
1
– suppression de la table et de son contenu
SQL> drop table essai;
Table supprimée.Par contre un autre utilisateur (s’il n’est pas DBA) n’a a priori aucun droit sur les tables des autres:

– exemple

– on suppose que DD possede une table T1…
SQL> connect toto/toto
SQL> select * from dd.t1;
select * from dd.t1
*
ERREUR ? la ligne 1 :
ORA-00942: table or view does not exist

Droits explicites - GRANT et REVOKE

GRANT et REVOKE permettent respectivement de donner ou de supprimer les droits explicites d’accès en lecture ou

mise ? jour ? un utilisateur particulier, pour un objet particulier.
C’est en général le propriétaire de l’objet peut donner des droits d’accès ? un autrer utilisateur.

– exemples:

SQL> GRANT SELECT ON TAB_CLIENTS TO MARTIN
SQL> GRANT UPDATE, INSERT ON TAB_CLIENTS TO DUPONTpar défaut un DBA ne peut pas donner des droits d’accès ? un objet qui ne lui appartient pas. Le propriétaire doit lui céder les drois avec un grant option (!?) :

SQL> connect system/xxxx
Connected.
SQL> grant select on intranet.annuaire to scott;
ERROR at line 1: ORA-01031: insufficient privilegesLe type de privilège dépend évidemment de l’objet sur lequel il s’applique. Ceci est résumé ici :

SELECT (uniquement !) -> les séquences

SELECT, INSERT, UPDATE, DELETE -> les tables, les vues, les vues matérialisées

REFERENCE (possibilité de créer une clé étrangère sur la table) -> les tables et les vues

EXECUTE -> les procédures

INDEX, ON COMMIT REFRESH, QUERY REWRITE -> les tables

Il est possible de donner un privilège avec le droit de transférer ce privilège ? d’autres (? utiliser avec parcimonie). Ceci se fait avec l’otion ‘GRANT’ du GRANT (!) :GRANT SELECT ON TAB_CLIENTS TO DUPONT WITH GRANT OPTION
(on suppose que TAB_CLIENTS est un synonyme public visible par tout le monde). Dupont, même s’il n’est pas propriétaire pourra alors ? son tour faire :
GRANT SELECT ON TAB_CLIENTS TO MARTIN

une erreur très répandue consiste ? référencer un objet (dont on n’est pas proprétaire et sur lequel il n’y pas de synonyme) par son nom, SANS le préfixer par le nom du propriétaire. exemple : SELECT * from EMP au lieu de

SELECT * FROM SCOTT.EMP
ceci donne une erreur d’accès du type

ERROR at line 1:
ORA-00942: table or view does not exist (?!)

même si on a les droits de lecture…

Faire un commentaire